RÉSEAU31, une autre idée de l'eau

Protection des captages en forêt : un enjeu majeur pour l’eau

Publié le :
16/07/2020


L’eau est une ressource stratégique et vulnérable : il est nécessaire de la protéger contre les risques de pollution, en particulier quand elle est destinée à la consommation humaine. Sur le secteur de RÉSEAU31, la majorité des sources d’eau potable provient de la forêt. Il est donc essentiel de prévenir les risques de pollution en zones forestières, notamment en protégeant les captages : pour cela, la concertation entre propriétaires fonciers et acteurs de l’eau est essentielle.

Le captage d’eau potable

Le principe d’un captage est de collecter l’eau souterraine ou superficielle. Dans le cas de sources, des drains collectent l’eau qui est ensuite dirigée vers un regard de captage et enfin vers le réseau de distribution après traitement.
Il existe deux types de captages :
– ceux destinés à l’alimentation collective, publique ou privée, qui sont réglementés ;
– ceux qui répondent aux besoins individuels.

Pour protéger la ressource de toute intrusion, détérioration ou pollution, une clôture est installée autour du captage (drains et regard de captage). Cette 1ère zone est définie comme le Périmètre de Protection Immédiate (PPI). Toute activité y est interdite. Il faut savoir que, dans certains cas, la clôture du PPI n’est pas visible, les travaux n’étant pas terminés. Une 2ème zone de protection non clôturée vient compléter le dispositif. Elle est destinée à limiter les risques d’altération de la qualité de l’eau, c’est le Périmètre de Protection Rapprochée (PPR). Une 3ème zone de protection, correspondant à la zone d’alimentation du captage vient renforcer cette protection, c’est le Périmètre de Protection éloignée (PPE), également appelée zone sensible, l’instauration de ce périmètre n’est pas systématique.

Le rôle protecteur de la forêt

Les captages situés en forêt fournissent une eau généralement de très bonne qualité. En effet, la présence de la forêt constitue une protection pérenne pour la ressource en eau. Le couvert forestier assure la préservation du sol, de sa structure et de sa capacité de filtration ; il réduit les phénomènes d’érosion. L’activité biologique constante qui s’y produit favorise le recyclage des éléments minéraux et limite le transfert de polluants. Par ailleurs, les apports d’intrants sont très faibles en forêt, ce qui réduit les risques de dégradation de la qualité de l’eau.

Les principaux risques à surveiller

Exploitants forestiers, scieurs, particuliers… ignorent parfois qu’ils interviennent dans des zones protégées. Lors des activités forestières (desserte, coupe, exploitation, plantation, gestion sanitaire), en particulier, plusieurs types de pollution et de dégradation peuvent survenir :
– turbidité (teneur en particules fines qui troublent l’eau)
– hydrocarbures
– pesticides
– éléments minéraux (nitrates, aluminium, etc.)
– érosion des sols (due au passage d’engins et aux coupes à blanc)

L’impact de ces perturbations peut être plus ou moins marqué et durable (ex. : la présence de pesticides peut se manifester par des piques de concentration suivis de faibles concentrations mais durable). Toutefois, la plupart du temps, quelques précautions suffisent à les éviter.

Une exploitation responsable de la forêt

L’existence de la forêt, à elle seule, ne suffit pas à garantir une qualité constante des eaux forestières : les forestiers, en particulier, ont un rôle à jouer. L’exploitation de la forêt et le renouvellement des plantations doivent se faire de manière à ne pas dégrader la surface des sols :
– En amont des opérations, prévenir RÉSEAU31.
– L’utilisation d’huile biodégradable pour les scies et engins est fortement recommandée
– Les travaux doivent être effectués uniquement sur sol sec ou gelé
– En fin de chantier, un état des lieux doit être effectué par RÉSEAU31.

De plus, les travaux de défrichement et de prélèvement de bois sont soumis à autorisation par les services de l’Etat avant leur réalisation.

EN SAVOIR +

Pour obtenir plus d’information ou pour savoir s’il existe des captages sur un secteur particulier, contactez le 05 62 00 72 80. 

Consultez notre Guide protection captages foret VF

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voir aussi...

Fermer le menu