RÉSEAU31, une autre idée de l'eau

Transition énergétique

CONSOMMATION D'ÉLECTRICITÉ DE RÉSEAU31

point-livraison
0
POINTS DE LIVRAISON
consommation-kwh-2017
0
KWH CONSOMMÉS EN 2017*
consommation-station-epuration
0
KWH CONSOMMÉS EN MOYENNE PAR LES STATIONS D'ÉPURATION
cnosommation-usine-production
0 %
DES CONSOMMATIONS DE RÉSEAU31 VIENNENT DE L'USINE DE PRODUCTION D'EAU POTABLE DE PSE

Un pôle spécifique « Transition Energétique » a été créé afin de réduire l’empreinte environnementale et optimiser les produits issus des traitements de l’eau

Certaines pistes de progrès ont été retenues dans un premier temps :

  • Optimiser les dépenses électriques
  • Poursuivre le développement de l’hydroélectricité sur les installations mises à disposition par nos adhérents aux compétences des petit et grand cycles de l’eau
  • Faire des boues issues des traitements de l’eau une ressource pour la production d’énergie
  • Maîtriser, voire diminuer, notre consommation d’énergies fossiles, notamment pour les déplacements
  • Mener une étude pour le déploiement du photovoltaïque

Les nouvelles infrastructures en eau et en assainissement mises en service par RÉSEAU31 sur le territoire de la Haute-Garonne ont entraîné depuis 2016 une augmentation de +11% du nombre de comptages électriques. La consommation a également augmenté de 11% et les budgets consacrés aux dépenses d’électricité ont subi une évolution de + 8% entre 2016 et 2017. 

Plusieurs actions ont été mises en place pour rechercher des économies. Dans un premier temps une analyse de nos contrats et une adaptation plus fine de ceux-ci à nos besoins a permis d’économiser 10 000 € :

  • 50 contrats ont été ou sont en cours d’optimisation
  • Des alertes « dépassement » ont été mises en place, permettant de modifier certains modes d’exploitation
  • Des alertes « consommations » ont également été mises en place. Elles permettent d’alerter les équipes d’exploitation sur des modes de fonctionnement à corriger

En 2017, RÉSEAU31 a décidé d’acheter en direct son électricité. Cette décision, qui a permis une flexibilité et une réactivité accrues dans les processus de décision, a permis de limiter l’augmentation budgétaire à +1% sur 3 ans. Une démarche identique sera menée pour le marché d’achat de gaz.

Sur le plan technique, le pôle « Transition énergétique » accompagne les équipes de RÉSEAU31 pour, entre autres, la gestion des micro-coupures et l’adaptation des puissances. Un travail conjoint avec le pôle « Expertise Assainissement » a permis d’établir un référentiel d’indicateurs de fonctionnement des stations d’épuration. 

LES CERTIFICATS D'ÉCONOMIE D'ÉNERGIE

Les certificats d’économie d’énergie sont attribués aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités qui réalisent des travaux d’économie d’énergie. Ces certificats sont rachetés sous forme de prime par les fournisseurs d’énergie.

RÉSEAU31 a passé une convention avec GEOPLC pour former et sensibiliser les agents aux économies d’énergie, pour identifier les projets qui pourraient donner lieu à l’obtention de CEE, amender les projets en conséquence et élaborer des dossiers pour valoriser les CEE.

Le pôle « Transition énergétique » sensibilise également les partenaires de RÉSEAU31 (Maîtres d’œuvre, architectes, entreprises…) à l’obtention de ces CEE. À ce jour, + de 30000 € de primes ont été identifiés (Usine d’eau de PSE, stations d’épuration de l’Aussonnelle, de Carbonne et de Launac, rénovation du bâtiment du siège). 

La sécurisation de l’alimentation en énergie. 

La réflexion s’est engagée autour de deux principaux axes :

  • Les bâtiments, afin de préserver la continuité du service sur la partie téléphonie et informatique,
  • Les ouvrages, notamment ceux dits sensibles, classés en fonction de leur impact sur l’environnement, la santé (hôpitaux, dialyses…), et les établissements accueillant du public (centres de loisirs, écoles…).

La limitation des eaux claires parasites 

L’arrivée, par temps de pluie, d’eaux claires parasites (les eaux de pluie dans les réseaux d’eaux usées) entraîne, au-delà des éventuels débordements dans le milieu naturel, une augmentation des coûts d’énergie et de réactifs et une diminution des primes épuratoires. La première démarche consiste à hiérarchiser les sites les plus touchés et bâtir un plan d’actions en lien avec les études d’assainissement menées sur nos commissions territoriales.

Fermer le menu