RÉSEAU31, une autre idée de l'eau

Pas de COVID19 dans les eaux usées des stations d’épuration : RÉSEAU31 reste vigilant.

Publié le :
09/07/2020

Le virus COVID19 est un « parasite microbien » qui se développe et survit dans les cellules hôtes qu’il infecte. Les micro-organismes étant omniprésents dans les eaux usées et les boues produites par les stations d’épuration, leur surveillance devient donc primordiale.

Dès le début de la crise RÉSEAU31 a activement participé aux niveaux français et européen aux échanges afin de mieux connaître et maîtriser la dangerosité du COVID19 dans les domaines de l’eau et l’assainissement. Les retours d’expériences des services publics alsaciens, espagnols et surtout italiens, plus précocement et fortement touchés par la pandémie, furent précieux afin d’appréhender ce sujet et de protéger les agents d’exploitation et les usagers de RÉSEAU31.

En parallèle RÉSEAU31 a soutenu la démarche du Laboratoire Départemental Eau-Vétérinaire-Air du Conseil Départemental de la Haute-Garonne (LD31EVA)  qui développait des protocoles analytiques spécifiques dans ces milieux aqueux complexes : seuls quelques laboratoires en France sont, encore à ce jour, à même d’identifier le virus du COVID19 dans les eaux usées et boues.

C’est donc ensemble que RÉSEAU31 et le LD31EVA ont avancé afin d’affiner les processus de prélèvements et d’analyses. Les partages d’expérimentation avec l’association européenne des syndicats publics de l’eau AQUA PUBLICA EUROPEA et surtout de l’université de Valence (Espagne) grâce à l’animation de la Commission Inter-méditerranéenne des Régions Maritimes Périphériques (CPMR) furent déterminants.

Ainsi depuis quelques jours des analyses ont été réalisées sur des échantillons provenant de 11 des 125 stations d’épuration(1) de RÉSEAU31 représentant 40% des abonnés de l’assainissement soit environ 78 000 habitants. Les résultats des échantillons produits depuis mi-mai indiquent qu’aucun virus ou trace de virus COVID19 ne sont présents dans les boues produites. Pour ce qui concerne les eaux usées Les eaux traitées rejetées dans les rivières haut-garonnaises mesurées sur les mesures effectuées sur 5 stations d’épuration (2) sont elles aussi totalement dépourvues du virus.

Ces résultats rassurants viennent confirmer les données épidémiologiques de l’ARS.

Ainsi RÉSEAU31 est maintenant en mesure de suivre par ses analyses l’évolution du virus dans la population raccordée au réseau d’eaux usées et d’alerter les services de l’Etat en cas d’anomalies. Cette pré-alerte a permis sur des clusters britanniques et espagnols de gagner plusieurs jours décisifs avant que la contamination ne soit confirmée. L’assainissement devient aussi un indicateur de confinement/déconfinement et la surveillance du Covid19 une sentinelle pertinente pour anticiper les décisions.

Sébastien VINCINI, Président de RÉSEAU31, indique que « de par leurs engagements historiques RÉSEAU31 et le Conseil Départemental de la Haute-Garonne montrent une nouvelle fois que le partage de l’information et des connaissances entre acteurs publics de l’eau français et européens, le soutien de la recherche publique et l’existence de collectivités fortes sont des armes concrètes de lutte contre les évènements épidémiologiques comme celui que nous rencontrons ».

RÉSEAU31 et le LD31EVA continuent leurs investigations pour couvrir à terme tout le champ de l’assainissement et pour systématiser ces analyses sur toutes les stations d’épurations de RÉSEAU31, ce qui concernera près de 250 000 Haut-Garonnais.

RÉSEAU31 reste vigilant dans le contrôle des eaux usées. Ensemble, poursuivons nos efforts, respectons les gestes barrières !

 

1. Stations d’épuration d’Auterive, Villefranche de Lauragais, St Paul-sur-Save, Plaisance-du-Touch, Nailloux, Calmont, Pinsaguel, Montberon, Castelnau d’Estrefonds, Carbonne, St Lys.

2. Stations d’épuration d’Auterive, Nailloux, Calmont, Villefranche de Lauragais et Plaisance-du-Touch.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voir aussi...

Fermer le menu