RÉSEAU31, une autre idée de l'eau
RÉSEAU31 met en ligne le suivi de la COVID19 dans les eaux usées
Publié le :
17/05/2021

Les résultats des recherches de la COVID19 dans 29 stations d’épuration de RÉSEAU31 sont maintenant accessibles à partir de ce site internet.

Depuis le mois de septembre 2020, le Syndicat Mixte de l’Eau et de l’Assainissement de Haute-Garonne RÉSEAU31 recherche la COVID19 dans les eaux usées et boues de 29 de ses stations d’épuration.

Il s’appuie sur les compétences analytiques du LD31 EVA dépendant du Conseil départemental de la Haute-Garonne. Un protocole a été établi de concert en collaboration avec d’autres opérateurs français et européens membres d’AQUA PUBLICA EUROPEA (l’association européenne des services publics de l’eau et de l’assainissement), l’Université de Valence (Espagne) ou bien la Commission Inter-méditerranéenne des Régions Maritimes Périphériques (CPMR). Cette démarche a été confortée par la production d’une recommandation européenne qui reprend exactement les actions engagées par RÉSEAU31 et le LD31EVA.

RÉSEAU31 diffuse chaque semaine aux services de l’Etat ainsi qu’au service épidémiologie du CHU de Toulouse ses résultats afin de les guider dans la gestion sanitaire de la crise. En cas de variation significative des charges virales, les maires de communes concernées sont directement informés.

Le LD31EVA ayant réussi avec succès à plusieurs reprises les tests d’entrée dans le réseau national de surveillance OBÉPINE, RÉSEAU31 est aussi candidat afin de partager ses résultats au niveau national.

La fréquence des analyses varie en fonction de la taille de la station d’épuration, à savoir : mensuelle pour celle entre 2000 et 10000 équivalent-habitants et bi-mensuelles pour celles entre 10 000 et 30 000 équivalent-habitants.

Un suivi journalier renforcé a été réalisé durant 1 mois sur Plaisance-du-Touch afin de corréler les résultats avec le suivi épidémiologique du CHU. Ce suivi renforcé a été déplacé à Grenade-sur-Garonne pour une durée de 20 jours. À ce jour, une capacité d’anticipation de 9 jours a été mise en évidence par ce suivi dans les eaux usées. Ainsi, des charges virales très élevées ont pu être identifiées comme récemment à Castelnau-d’Estretefonds.

Globalement, la diminution de la charge virale est constatée avec des stations d’épuration devenues négatives (Villemur-sur-Tarn, Pinsaguel, Pechbonnieu et Montberon). Néanmoins, des charges virales restent élevées et en hausse à Auterive, Cintegabelle et Plaisance-du-Touch.

Enfin, les boues produites par les stations d’épuration sont également analysées. Ces résultats complémentaires servent à confirmer le suivi dans les eaux usées et également à permettre la reprise des épandages agricoles. Cependant, les épandages étant suspendus par l’État depuis le début de la crise sanitaire, toutes les boues sans distinction sont aujourd’hui transportées vers des centres de traitement et remplacées localement par des intrants chimiques. Un dispositif qui s’avère onéreux et peu vertueux sur le plan environnemental.

La démarche de RÉSEAU31 est totalement volontaire et a un coût de 18 000 € par mois non-financé par l’Etat. Elle est intégralement prise en charge par le budget assainissement de RÉSEAU31 et vient augmenter le surcoût du COVID19 de 1 million d’euros en 2020 pour les 325 000 habitants de Haute-Garonne concernés.

Ces données sont publiées tous les mardis.

CONSULTER LES RÉSULTATS

 

Pour tout renseignement utile :
RÉSEAU31
Service GDMEE Pôle Expertise Assainissement
qualite.rejets@reseau31.fr

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voir aussi...