RÉSEAU31, une autre idée de l'eau

Inauguration à Boutx

INAUGURATION du 27 septembre 2018 à 17h00

Témoignages

« L’eau est un enjeu primordial pour notre région. Chaque jour, avec les élus et les agents de Réseau31, nous engageons les actions pour veiller à la qualité de l’eau distribuée, à la préservation des milieux aquatiques et plus largement à la qualité du milieu naturel. Nous sommes au cœur de la transition écologique, au cœur de votre vie quotidienne. Nous investissons partout sur le territoire de la Haute-Garonne en accompagnant le développement de nos collectivités adhérentes. La station d’épuration de Boutx s’inscrit pleinement dans la politique globale de Réseau31 en matière d’environnement. »

Sébastien VINCINI, Président de Réseau31

Historique

La commune de Boutx a adhéré au Syndicat Mixte de l’Eau et de l’Assainissement de Haute-Garonne le 1er janvier 2010 pour la totalité des compétences assainissement et eau potable. La commune compte plusieurs hameaux dont le Mourtis qui accueille une station de ski. A l’adhésion de la commune, Réseau31 a poursuivi les études de conception. L’obsolescence des stations existantes, l’altitude du site, le réseau de collecte vieillissant, la fréquentation saisonnière et principalement hivernale du Mourtis sont autant de paramètres qui ont présidé au choix et au dimensionnement de la filière. La station qui exigeait un accès permanent en toute saison a été construite, à proximité du col de Mentès, son intégration dans le paysage devait donc être soignée. En outre, le rejet des effluents traités a nécessité la construction d’un réseau de 800 ml au travers du massif forestier jusqu’au ruisseau le Ger, présentant un caractère pérenne. Le marché de travaux a été attribué par Réseau31 en mars 2015 à la société SAUR. Dans le même temps, le marché de construction du réseau de transfert des effluents de l’Artigue a été attribué au groupement d’entreprises SOGATRAP/PENE/CASSAGNE. Les travaux ont débuté en septembre 2015 après obtention des autorisations règlementaire (autorisation de défrichement, déclaration d rejet et permis de construire) et ont été achevés l 1er juin 2016. Compte tenu des fortes variations d charges, le marché prévoyait que la réception d la station s’effectue en deux étapes : à l’issue de l période d’observation puis à l’issue de la période d’ensemencement, les essais de garantie venant attester du bon fonctionnement de l’unité d traitement en période de pointe.

Caractéristiques de l’installation

Cette station d’épuration des eaux usées est dimensionnée pour une capacité de 1 600 EqH conformément aux études préliminaires et d’avant projet. La filière de traitement de cette station d’épuration comprend :

  • un regard d’entrée équipé d’un by-pass général de la station,
  • un poste de relevage équipé d’un dégrilleur vertical automatique avec compactage des déchets,
  • un décanteur-digesteur avec compartiment à graisses qui permet le prétraitement des effluents bruts,
  • un tamis fin rotatif équipé d’un compacteur qui retient les particules de plus de 2 mm, afin de protéger le bio-filtre, notamment les buses de répartition d’un colmatage,
  • un bassin tampon qui assure le stockage des eaux prétraitées de façon à alimenter le biofiltre régulièrement. A partir du bassin tampon les eaux sont pompées à un débit de 65 m³/h (en filtration) ou 110 m³/h (en lavage) vers le biofiltre,
  • un bio-filtre, de 7 mètres de hauteur et 3,4 mètres de diamètre, dans lequel sont injectés les effluents et l’air sous pression. Des micrograins d’argile constituent le support du développement des bactéries. Les eaux traitées en sortie de bio-filtre sont recyclées entièrement ou partiellement dans le bassin tampon. Le débit rejeté au canal de comptage est régulé au moyen d’une électrovanne de régulation. La régulation se fait en fonction du volume atteint dans le bassin tampon. Le surplus est rejeté au milieu naturel via le canal de comptage,
  • un bassin d’eaux de lavage qui recueille les eaux sales résultant du lavage du bio-filtre. Les eaux sales sont renvoyées dans le décanteur digesteur,
  • un digesteur assurant la minéralisation et le stockage des boues extraites du décanteur digesteur au moyen d’une pompe en cale sèche,
  • une unité de désodorisation composée d’une tour à charbon actif pour désodoriser, le poste de relevage, le décanteur-digesteur, le digesteur, le tamis.

Atouts

Une filière de traitement biologique adaptée aux conditions climatiques, environnementales et touristiques

Située en zone montagneuse et touristique, le dimensionnement et la conception de la filière de traitement retenue résultent d’une étude répondant à des contraintes spécifiques :

  • la température des eaux à traiter
  • la rigueur du climat
  • la variation des charges à traiter entre la basse et la haute saison touristique
  • la topographie et la nature du sol
  • l’accès à l’ouvrage en période hivernale

La mise en oeuvre de dispositifs de désodorisation pour limiter les nuisances olfactives

Les Chiffres

Travaux de la station d’épuration: 1 276 854,50 €

Travaux de réseau: 414 582,00 €

Financements et Subventions:

Acteurs

Études

  • Maître d’œuvre : ARTELIA
  • Études Géotechniques d’Avant-Projet G12 : GINGER CEBTP
  • Études Géotechniques suivi d’exécution G4 : GEOTEC
  • Contrôleur Technique : SOCOTEC
  • Coordonnateur SPS : ELYFEC

Travaux de station

  • Mandataire – Equipements : SAUR
  • Cotraitant – Architecte : BATS (Dax)
  • Sous-traitants
    • Génie Civil : SAS TOUJA
    • Investigations géotechniques : ALIOS
    • Terrassements, préparation des voiries : ROUGE SEGUELA
    • Process Bio-filtration : AQUABIOTEC
    • Fourniture et pose cuve acier : APRO INDUSTRIE
    • Préfabrication et montage de la tuyauterie et des équipements : ATISS
    • Fourniture automatisme et supervision : DA PROCESS
    • Fournitures et raccordement électriques : EIMC BAZILE
    • Fourniture et pose des équipements d’accès et de sécurité. Escaliers, rambardes, garde corps : FORNES

Travaux réseau de transfert

  • Mandataire – Equipements : SOGATRAP PENE CASSAGNE
  • Sous-traitants
    • Mise en peinture du Poste de relevage : FONTES
    • Etudes géotechniques G5 (de conception) : GINGER
    • Fourniture et mise en place des équipements : EMA

Quelques dates

2008 : schéma directeur d’assainissement

Janvier 2013 : études de conception

Mars 2015 : attribution du marché de travaux

Septembre 2015 : travaux de construction

1er Juin 2016 : fin des travaux

26 Juin 2016 : phase de mise en régime